Auteur
Catégorie : Economie

Courtier assurance

Contrairement à l’agent d’assurance qui travaille pour une seule société, le courtier assurance aide à mettre en relation l’assuré avec une compagnie d’assurance qui correspond à ses attentes et à ses besoins. Pour ce faire, le courtier effectue une étude comparative dans le but d’analyser les offres et de proposer celle qui est la plus avantageuse pour ses clients concernant le rapport qualité/prix. Le métier de courtier est à la fois un métier de terrain et un métier de bureau puisque l’activité de prospection et de vente nécessite beaucoup de déplacements. Il est évident que les courtiers en assurance doivent avoir un réel goût pour le monde des assurances et de l’entrepreneuriat. Un courtier assurance est en charge de conseiller ses clients, de les accompagner dans la signature de leur contrat et aussi lors du versement de leurs indemnités. Il effectue également le suivi de ses clients en prenant en compte l’évolution de leur situation pour l’adaptation de leurs contrats d’assurance. Le courtier s’occupe des formalités d’adhésion mais le fait de faire appel à ce dernier ne changera en aucun cas le montant de votre cotisation. Si vous êtes à la recherche d’une assurance abordable, un courtier peut vous proposer des tarifs plus accessibles. Il peut également vous obtenir les meilleurs contrats grâce à son art de faire jouer la concurrence. Pour s’assurer de bien choisir son assurance et pour gagner du temps, faire appel à un courtier assurance est la meilleure des solutions.

Assurance construction

Après avoir obtenu un permis de construire et après l’acquisition d’une assurance construction, vous avez le droit de commencer les travaux. Une assurance construction est composée d’une assurance dommages-ouvrages et d’une assurance responsabilité civile professionnelle. La possession d’une assurance dommages-ouvrages est obligatoire pour toute personne physique ou morale qui veut réaliser des travaux de construction. Les personnes qui doivent être couvertes par cette assurance sont le maître d’ouvrage, le vendeur d’immeubles, le promoteur immobilier et le constructeur de maison individuelle. Les risques couverts par l’assurance dommage-ouvrage sont le remboursement et la réparation des dommages entraînés par la construction, la caution d’un ouvrage et les désordres dissimulés après la date de réception des travaux. Cette assurance dommage-ouvrage offre une garantie sur 9 ans et son obligation d’assurance commence avant la date de déclaration de l’ouverture du chantier. En ce qui concerne l’assurance construction responsabilité professionnelle, elle garantit la réparation des dommages qui surviennent après la réception des travaux. Tous les professionnels doivent souscrire obligatoirement à cette assurance avant l’ouverture du chantier. Les risques couverts par l’assurance construction professionnelle sont les désordres cachés et les désordres observables avec une gravité révélée à son usage. Cette assurance offre une garantie sur 10 ans qui commence dès la réception des travaux.

Garantie décennale

Afin de protéger le propriétaire, la loi a prévu une garantie de 10 ans pour la construction immobilière disposant des imperfections après la réception de chantier. De ce fait, les entreprises de construction sont dans l’obligation de souscrire à une assurance décennale avant d’entamer le chantier. Le législateur prévoit un mécanisme de double assurance dont l’assurance décennale pour les constructeurs et l’assurance dommages-ouvrages du propriétaire pour lui permettre d’être indemnisé sans être dans l’obligation de passer par la période litigieuse en cas de malfaçon. La présomption de responsabilité décennale du constructeur est calculée à partir de tous les constructeurs qui sont définis par l’article 1792-1 du Code civil notamment l’architecte, le promoteur, le vendeur sur plan, l’artisan et le bureau d’études. La garantie décennale ne couvre que les dommages liés à la construction qui affectent la solidité de l’ouvrage, qui le rendent inadapté à sa destination, qui affectent la solidité de tout élément ne pouvant être séparé qu’en démolissant l’ouvrage conformément à l’article 1792-2 du Code civil. De ce fait, l’assurance décennale ne concerne alors que les gros ouvrages comme les fissures, les charpentes, les murs et les défauts d’étanchéité. Cependant, le législateur a exclu quelques types d’ouvrages pouvant néanmoins bénéficier de cette garantie notamment les ouvrages aquatiques, les infrastructures de transport, les usines de traitement de déchets et les stations d’assainissement. Il en est de même pour les unités de production d’énergie comme les centrales, les réseaux tels que les canalisations ou les installations de téléphonie, les bâtiments du génie civil et les bâtiments publics bâtis par les collectivités locales ou l’État pour leur usage spécifique.

Articles de la même catégorie :