Auteur
Catégorie : Artisans

Mise en conformité électrique

Le respect des normes en vigueur concernant les installations électriques en France est très réglementé. La mise en conformité électrique s’adresse plus précisément aux travaux de création, de rénovation, de modification et d’extension. Ce procédé est nécessaire afin de bénéficier d’une couverture d’assurance en cas de dommage. Cela va de la logique que les besoins actuels ont augmentée et par conséquent, les anciennes installations ne sont plus adaptées et elles peuvent alors entraîner des dangers pour la sécurité des équipements et des personnes. La mise en conformité électrique commence alors par la vérification de certains éléments qui sera effectuée par un professionnel. Ce dernier va alors déterminer les équipements non conformes à l’issue du diagnostic. Il vérifie donc le câblage, le passage de câbles et le schéma électrique du tableau, la mise en terre des circuits, les interrupteurs, les prises électriques, les appareils du tableau et l’alimentation générale. Pour votre information, le diagnostic ne nécessite aucun démontage et se réalise donc sans aucune contrainte. Avant l’intervention, le professionnel s’assure d’éteindre les équipements susceptibles de déclencher le disjoncteur général et vérifie la mise en hors tension des circuits électriques. Pour assurer sa prestation, il utilise des appareils marqués CF distribués par les GSB ou grandes surfaces de bricolage, par les distributeurs spécialisés en électricité ou encore par les électriciens distributeurs d’équipements et d’appareillages électriques. La marque et le matériel utilisé peuvent sensiblement influencer le coût de la prestation. Cependant, seul le schéma de l’installation électrique déterminera le prix affiché dans votre devis. Cette mise aux normes est donc obligatoire pour protéger votre habitat.

Norme NFC 15100

La mise en conformité électrique est garantie par la norme NFC 15100. Une norme qui régit actuellement tous les habitats. Elle s’applique donc aux installations neuves et rénovées. Plus concrètement, elle définit les règles à respecter en vue de garantir la sécurité des installations et le confort des occupants d’un logement. Les principales dispositions de cette norme concernent la fourniture du schéma de l’installation, la protection de tous les circuits électriques par des dispositifs différentiels à courants résiduels (DDR) de 30 mA et la mise en place d’une gaine électrique de type « gaine technique logement » qui regroupe en un seul emplacement toutes les arrivées des réseaux de courants forts et faibles de l’installation. Aussi, l’installation doit comporter au moins quatre circuits indépendants ou spécialisés avec un nombre minimum de point lumineux et de prises électriques par pièce. Plus précisément, il faut trois prises minimum par chambre, six prises dans une cuisine et une prise tous les 4 m² dans un salon. Il faudra également prévoir une protection contre les surtensions d’origine atmosphérique ou parafoudre. En cas de chauffage par radiateurs électriques, des dispositions particulières seront nécessaires. Dans ce cas, la section des conducteurs en cuivre doit être en fonction de la puissance des appareils. Concernant la mise en terre de l’installation électrique, toutes les prises de terre doivent être interconnectées. La salle de bain constitue un cas très particulier comme c’est un lieu particulièrement exposé aux risques électriques. Des normes encore plus strictes sont ainsi prévues quant aux règles d’installation des appareillages électriques de cette pièce.

Norme Promotelec

Pour garantir la mise en conformité de votre installation électrique, référez-vous à la norme Promotelec qui recommande aux propriétaires de ne faire appel qu’à un professionnel électricien. Avec cette recommandation, l’association incite donc ces derniers à avoir un compteur électrique qui sert à mesurer la quantité d’électricité consommée, de disposer d’un disjoncteur général qui permet de couper le courant sur l’ensemble de l’installation, d’avoir un tableau électrique qui regroupe tous les circuits électriques du logement et de prévoir des dispositifs différentiels à une haute sensibilité qui permet de protéger l’installation électrique et les personnes contre les fuites de courant. Il est aussi conseillé de prévoir des fusibles et des petits disjoncteurs à l’origine de chaque circuit qui protégeront contre les surintensités ainsi que des conduits pour assurer la protection mécanique des fils conducteurs. Votre installation pourra être équipée d’un délesteur pour éviter le déclenchement du disjoncteur général lorsque la puissance sollicitée dépasse la puissance normale. Pour en savoir davantage, n’hésitez pas à visiter le site officiel de l’association sur lequel vous pourrez également trouver de très bons conseils pour avoir une meilleure installation.

Articles de la même catégorie :